L’année passée, lorsque j’ai commencé les classes d’enfants à Nyon, j’ai repris une classe qui existait déjà. Quand je suis arrivée, il y avait des problèmes importants de discipline au sein de la classe. C’était très difficile d’enseigner, car les enfants étaient très dissipés, et avaient même des comportements violents. Que faire? Arrêter la classe?

L’école du dimanche pour les enfants, où on lit les épîtres et les enseignements de Bahá’u’lláh, et où on récite la parole de Dieu pour les enfants, est vraiment bénie. Vous devez assurément poursuivre sans relâche cette activité organisée et y accorder toute l’importance qu’elle mérite, afin qu’elle se développe jour après jour, rafraîchie par le souffle de l’Esprit saint. Si cette activité est bien organisée, soyez certains qu’elle produira des résultats magnifiques. Fermeté et constance sont toutefois nécessaires, faute de quoi cette œuvre continuera quelque temps encore, mais tombera progressivement dans l’oubli. La persévérance est une condition essentielle. Dans tout projet, constance et fermeté produiront indubitablement de bons résultats; sinon, le projet sera abandonné après quelques jours.

— ‘Abdu’l-Bahá

Alors persévérons et améliorons la discipline. Comme l’explique ‘Abdu’l-Bahá:

L’école des enfants doit être un lieu d’ordre et de discipline extrêmes. L’instruction doit être complète de sorte que les caractères puissent s’affiner et se rectifier. Ainsi, dès le plus jeune âge, au tréfonds de l’être intime de chaque enfant, sera déposée la fondation divine et érigée la structure de sainteté.

Le comportement des enfants pendant la classe joue un rôle important et conditionne sa réussite. Il en va de ma responsabilité d’enseignante de la classe d’enfants de guider les enfants pour que leur comportement contribue à un climat d’étude qui se fait dans la discipline, le respect et la joie. Comme l’explique ‘Abdu’l-Bahá:

Une conduite louable et un caractère noble doivent avoir la priorité, car si le caractère n’est pas formé, l’acquisition du savoir ne pourra que se révéler nuisible. Le savoir est méritoire s’il va de pair avec une conduite morale et un naturel vertueux ; autrement, c’est un poison mortel, un terrible danger. Un médecin d’un tempérament mauvais, qui abuse de la confiance d’autrui, peut causer la mort et provoquer de nombreuses infirmités et maladies. Accordez la plus grande attention à cette question, car le principe fondamental d’une école est d’abord et avant tout l’éducation morale, la formation du caractère et la correction du comportement.

Concrètement, que faire?

La discipline est donc capitale. Mais concrètement, que mettre en place? Comment créer une ambiance à la fois disciplinée, bienveillante, stimulante et encourageante? Comment gérer les comportements des enfants sans avoir un rôle de « policier »? Un peu dépassée par toutes ces questions étant donné le contexte difficile dans lequel j’étais, j’ai demandé conseil aux enseignants présents dans mon entourage; j’ai reçu de très bons conseils de la part d’un directeur d’école secondaire qui applique la méthode de l’enseignement efficace. Cette méthode repose sur deux piliers:

  • la gestion de la classe: l’ensemble des règles de vie.
  • la didactique: la matière enseignée et la façon dont on l’enseigne

Basée sur des valeurs humanistes, cette approche pédagogique convient bien au contexte de la classe d’enfants. Je vous présenterai ces deux aspects plus en détail dans de prochains billets. 🙂

La discipline
Étiqueté avec :

Une pensée sur on “La discipline

Commentaires fermés.